Formons massivement en informatique
pour soutenir la croissance de la French Tech


Mardi 21 mars avait lieu à Paris la conférence #FranceIA sur l'Intelligence Artificielle, une initiative française intéressante pour lancer une véritable dynamique sur ce sujet technique. De nombreux chercheurs du privé et du public ont participé à la conférence dont l'objectif était de sensibiliser l'opinion publique, et surtout les entreprises, qu'il faut investir massivement dans ce domaine à la mode. Mais le succès de ce type de plan repose sur un point clef : la France devra disposer de profils qualifiés en informatique et en mathématiques pour aboutir.

Or à l'heure d'aujourd'hui, lorsque des sociétés technologiques comme les nôtres postent une offre d'emploi dans le domaine de l’IA et plus généralement de l'informatique, des données ou des mathématiques, nous ne recevons que très peu de candidatures. Nous devons faire appel à des cabinets de recrutements qui peinent eux aussi à trouver des candidats, tous très convoités avant même de finir leur cursus. Le bon côté pour ces salariés est que leurs salaires sont en hausse et ils se sentent ainsi reconnus et respectés pour leurs compétences. Mais on sent clairement que nous sommes face à une immense pénurie qui va s'amplifier dans les années à venir. Sans un plan national ambitieux sur la formation informatique, nous allons nous retrouver dans une situation très compliquée et nos ambitions de croissance seront freinées. Nos sociétés ont toutes entre 2 et 5 postes disponibles immédiatement sur ce type de profils, mais trop peu de candidats.

Xavier Niel l'a bien senti en lançant l'Ecole 42 il y a quelques années déjà, mais il faudrait une Ecole 42 dans chaque ville de France pour faire face à l'explosion des besoins et pour former massivement les futurs salariés aux métiers de l'informatique. Et il faudrait que cette initiative soit étendue aux thématiques de la donnée, des mathématiques, des statistiques... Il est urgent de lancer un plan de communication donnant aux lycéens l'envie de rejoindre ces cursus techniques. Il faudrait aussi créer de nouveaux cursus pratiques et pragmatiques via les filières technologiques et offrir de nouveaux accès par concours ou par formation continue aux grandes écoles. Car sans des étudiants bien formés à ces métiers techniques, la France n'aura structurellement pas les moyens d'être la future nation de l'Intelligence Artificielle, de la Business Intelligence, de la Recherche Opérationnelle ou de l'Analyse de Données. Surtout qu'une part non négligeable des brillants étudiants formés dans les écoles françaises font le choix de rejoindre dès la fin de leur cursus des sociétés américaines ou anglaises qui raffolent des Frenchies, nous privant ainsi de leur précieux savoir-faire.

Certes, des salariés font le choix de se réorienter et de se former sur le tard à ces métiers techniques, c'est une bonne tendance mais cela ne suffit pas à l’incroyable pic de demandes. Et ces formations plus courtes ne remplacent pas un cursus complet et approfondi sur plusieurs années. Pour une pleine réussite de projets complexes autour du big data ou des algorithmes, il faut aussi des profils fortement qualifiés, voire des ingénieurs de recherche et des docteurs. Les sociétés de conseil l'ont d'ailleurs bien compris et s'arrachent eux aussi ces profils quasi introuvables sur le marché.

Il est donc urgent d'apporter une réponse efficace et rapide à cette problématique qui va continuer à croître dans les années à venir, avec l’internet des objets, les voitures connectés et les entrepôts de données qui se multiplient dans toutes les sociétés. En plus des besoins de recrutements de nos PME innovantes, des groupes ont également communiqué qu'ils allaient embaucher rapidement plusieurs centaines de ces profils en 2017 et 2018. Le sujet de la formation aux métiers informatiques doit selon nous être un des sujets importants de la campagne présidentielle actuelle et des préoccupations du futur président. Les efforts autour du Label FrenchTech ces dernières années ont permis de redonner envie aux étudiants de rester travailler en France pour participer au développement de nouvelles pépites de la future économie, mais encore faut-il que ces jeunes aient reçu les formations techniques adaptées en amont.

Les 36 Co-Signataires du texte (30/03/2017) :

Tribune publiée le 31/03/2017 dans


Les signataires :

En savoir plus sur les sociétés signataires

CEO/CTO/Co-fondateur de startup de la French Tech ?

Vous souhaitez soutenir et signer cette tribune ?

Envoyez un email depuis une adresse PRO uniquement à contact@lafrenchtechquicode.fr en indiquant "Je suis co-signataire".


Sous l'impulsion d'Antoine Jeanjean (Recommerce) et Frédéric Gardi (LocalSolver)

Pensez à visiter le site de la French Tech :